Archives de la catégorie ‘Coup de Crayon’

by NéjibQui n’a jamais un jour espéré intégrer une communauté hippie ?

Cet ouvrage retrace une partie de la vie de David Bowie et la genèse de son personnage Ziggy Stardust.

L’essentiel du récit se déroule à Haddon Hall, demeure située dans la banlieue de Londres, que David et sa femme ont loué en vue d’y créer une communauté rock n roll. Parmi les principaux protagonistes on peut y croiser John Lennon, en pleine dépression suite à l’après Beatles, ou encore Syd Barret (Pink Floyd), complètement défoncé aux acides, que Bowie va récupérer à l’asile.

Nous sommes dans les années 60. Bowie mène déjà une carrière de musicien mais la notoriété n’est pas au rendez-vous. Pour impulser un nouveau souffle à sa carrière son producteur va alors lui suggérer l’idée de se créer un personnage et un univers propres qui déboucheront sur la création du mythe Ziggy Stardust.

L’intérêt de cet ouvrage réside dans le fait qu’on en apprend beaucoup sur la vie de Bowie le musicien mais aussi sur sa vie personnelle à travers des personnages comme sa femme ou son frère schizophrène.

Cette biographie est une vraie réussite. Le trait minimaliste de Néjib est très expressif et en parfaite adéquation avec la musique de Bowie, simple et sophistiquée.

Epsylon Point est un artiste-peintre, graffeur incontournable de la scène du Street Art. Précurseur français du pochoir, Il sévit dès le début des années 80 dans les rues de Paris, aux côtés des premiers artisans du Street Art français, comme Miss.Tic et Blek le Rat.

Bien qu’issu de l’école des Beaux-Arts de Dijon, Epsylon Point ne reproduit pas dans son travail artistique l’académisme qui lui a été enseigné. Anarchiste dans l’âme et dans son art, il crée ses œuvres par un assemblage de pochoir et de texte sur des fonds saturés de couleurs éclatantes.

Passionné d’art et obsédé par la peinture, il tire son inspiration des premiers graffeurs new-yorkais bien sûr mais également de l’art abstrait, du futurisme ou encore des grandes figures de l’anarchisme comme Bakounine.

Véritable choc visuel, ses graffs drainent le regard dans tous les sens pour en découvrir le message à travers le mélange de couleurs, d’images et de slogans qui appellent à la contestation des représentations sociales établies par leurs traitements des sujets d’actualité ou par l’incorrection de leurs pochoirs érotiques.

A plus de 60 ans, il continue de secouer ses bombes de peinture et de déverser sa nécessité créatrice sur les murs des villes. Il contribue également à la formation de La Meute un groupe d’artiste avec qui il a travaillé ses vingt dernières années tels que Spliff Gâchette, Maest ou Pixal Parazit.

Ladamenrouge

Publié: janvier 19, 2012 dans Coup de Crayon, Quotidien engagé
Tags:,

Si vous vous balladez dans les rues de Saint-Etienne, vous pourrez sans doute observer les oeuvres de Ladamenrouge. Cet artiste local pratique le Street Art depuis peu. C’est la tombe de Harry Potter installée sur un rond point de la ville qui l’a fait connaître.

Issu de la sculpture ou encore de la photo, ce jeune quarantenaire s’est lancé dans le détournement de mobilier urbain pour arriver, un peu par hasard, au Street Art. Il tire son nom d’un travail qu’il avait effectué sur le thème du rouge en photographie.

Equipé d’une bombe de peinture, il dépose ses messages qui ne peuvent pas nous laisser indifférents sur nos modes de fonctionnement quotidiens : « J’aime  jouer avec l’art du quotidien. Même s’il faut réfléchir et travailler très rapidement, on peut interpeller les gens, toucher l’insconscient collectif. »

Salut l’artiste !