Articles Tagués ‘révolution’

Eloge de la paresse

Publié: février 25, 2012 dans Politics, Quotidien engagé
Tags:

Bon, pour rassurer tous ceux qui perdent leur travail en ces temps de crise, nous avons décidé de faire un éloge de la paresse. N’en déplaise aux partisans de l’effort, l’emploi se raréfiant, autant le laisser à ceux qui ne conçoivent la vie qu’autour de la valeur travail. Par contre, il nous paraît important de lutter pour rassurer le chômeur, le cancre, le fonctionnaire ou encore le rentier et l’actionnaire, car un homme qui culpabilise de son oisiveté risque de devenir un homme dépressif, malade, creusant le trou de notre chère et tendre sécurité sociale à grands coups d’anxiolytiques et de psychothérapie.

Certes, la paresse fait partie des sept péchés capitaux mais comme il s’agit du dernier, nous considérerons qu’il fallait bien que les catholiques en trouvent un septième pour obtenir le nombre parfait, symbole de l’abondance divine, et surtout éviter le nombre six, marque déjà déposée par le Diable.

Allégeant ainsi la lourde connotation négative portée par la paresse due à l’héritage culturel judéo-chrétien, celle-ci n’en reste pas moins opposée à l’effort et notamment à la valeur travail, si chère tant à l’ouvrier qu’au patron.

Bon, pour le patron, nous comprenons assez aisément l’intérêt de la valeur travail, car si, dans votre entreprise, vos employés passent leur temps à faire la sieste et que vous êtes obligés de faire le boulot à leur place, ça ne sert à rien d’être patron et vous pouvez dire adieu à vos rêves de Rolex pour vos quarante ans. Cependant, le fait que l’on trouve ce même attachement à  la valeur travail chez les ouvriers nous laisse un peu plus perplexe.

Alors, il est vrai que certaines personnes comme Marx ou encore Hegel portent le travail en haute estime. Pour faire vite, mais alors très vite, l’homme, en transformant la nature et les choses, se construit et se réalise lui-même.  Bon ok, c’est pas mal. La dialectique du maître et de l’esclave chez Hegel est également très intéressante, notamment quand elle montre que, même si le maître jouit des fruits du travail de l’esclave, ce dernier acquiert progressivement son autonomie et sa libération en extériorisant sa conscience et ses projets dans le monde et qu’il asservira ainsi son maître… Force est de constater qu’Hegel n’était pas Nostradamus ! (quoique, si vous maîtrisez votre zone d’incertitude…)

Mais Marx était peut-être un peu plus visionnaire en évoquant la division du travail dans nos sociétés modernes qui conduit à l’aliénation de celui-ci à cause des dynamiques productivistes. Ainsi, l’artisan qui produisait en totalité un objet, faisant sa création propre et s’y reconnaissant est devenu aujourd’hui un travailleur, confronté à un produit qui lui est étranger. Il ne construit plus qu’une partie de celui-ci et, parfois, n’en voit même pas le tout.

Par ailleurs, Marx insiste également sur l’exploitation de l’énergie physique et nerveuse de l’ouvrier, sur le fait que sa force de travail est achetée au rabais. Selon lui, c’est ainsi que le patron réalise une plus-value sur le produit.

En fait, faire l’éloge de la paresse consiste à réfléchir à la place de travail et à la valeur que celui-ci représente.

Pour Jeremy Rifkin, dont le livre La Fin du travail suscita un large débat, le travail est amené à décliner inexorablement. Du fait de l’automatisation et de l’informatisation, une large part des emplois dans tous les secteurs d’activité est vouée à disparaître et à rendre inutile une bonne partie de la population active.

Ainsi, il est temps de se réjouir du remplacement de l’homme par la machine et de réfléchir, comme le proposait Hannah Arendt, à ce que l’homme peut faire de la disparition de la nécessité d’utiliser sa force de travail. Nous avons déjà des pistes : commençons par apprendre à paresser !

Alors, certes, si nous prenons la définition fournie par TLFi (voir ici), la paresse est « une propension à ne rien faire, une répugnance au travail, à l’effort physique ou intellectuel ». Difficile, donc, de prôner une telle inaction. Mais faire l’éloge de la paresse, c’est proposer une rupture avec la dictature de l’effort et de l’action permanente qui happe l’individu dans un mode de fonctionnement qui laisse peu de place à la réflexion et la prise de recul.

En effet, paresser, c’est initier une certaine lenteur dans la réalisation de ses actions. Prendre le temps de s’abandonner à la flânerie et la rêverie, qui sont de grandes sources d’inspiration, permet de créer, d’imaginer ou encore de trouver des solutions. Une étude produite par Mednick, Cai et d’autres chercheurs américains a montré que les individus à qui l’on a soumis des problèmes liés à la créativité ont une amélioration de 40% dans la résolution de ceux-ci s’ils ont bénéficié d’une sieste, contrairement à ceux qui sont restés éveillés.

Réhabiliter le droit à la paresse est une contestation à l’encontre de nos mode de vie modernes qui engendrent un stress quotidien particulièrement nocif à nos sociétés. En effet, selon l’American Institute of Stress, ce problème est à l’origine de 75 à 90% des nouvelles consultations médicales et de 60 à 80% des accidents de travail. Les coûts du stress seraient plus élevés que ceux de toutes les grèves mises ensemble. Ces coûts se manifestent sous forme d’absentéisme, de perte de productivité, de rotation de personnel, d’accidents, de frais médicaux et légaux directs ainsi que d’assurances et de compensations.

En définitive paresser, c’est lutter, s’insurger contre le dictat de l’hyperproductivisme, de la compétition effrénée. C’est oeuvrer pour la libération de l’esclavage moderne qu’est le travail. Mais c’est aussi résorber le trou de la sécu, augmenter sa productivité et trouver des solutions aux problèmes du monde moderne. Et tout ça… en faisant une sieste. Alors, peuples du monde entier, paressons !

Publicités

Le collectif français les Déboulonneurs fait partie de ce que l’on pourrait appeler les artivistes. Même si leur démarche n’est pas totalement artistique, le lieu de leur expression militante n’en demeure pas moins l’espace public, la rue. Ils dénoncent ce qu’ils appellent « la pollution mentale » à grand coup de slogans tagués sur les panneaux publicitaires. Leurs actions ne sont pas contre la pub mais contre le matraquage publicitaire et ils s’interrogent sur la place de celle-ci dans l’espace public. Leur lutte centrale est  » la liberté de réception. Corollaire de la liberté d’expression, chacun doit être libre de recevoir ou non les messages diffusés dans l’espace public ». Leur revendication peut certes paraître dérisoire face aux injustices de notre monde moderne, cependant, l’omniprésence de la publicité et les ressorts qu’elle utilise peuvent sembler entraver le libre arbitre.

Loin de nous l’intention de faire un procès à la publicité car il est nécessaire que, dans une logique commerciale, un produit se fasse connaître pour être vendu mais cela justifie-t-il l’envahissement de notre espace commun et pourquoi ne possède-t-elle pas les mêmes contraintes que les campagnes politiques avec un espace imparti limité et localisé par respect de la neutralité et de l’égalité.

Comme le précise Wiki, la publicité n’a qu’un seul objectif, celui « de fixer l’attention d’une cible visée (consommateur, utilisateur, usager, électeur, etc.) pour l’inciter à adopter un comportement souhaité ». Comment s’y prend-t-elle pour parvenir à ses fins ? Ses stratégies laissent -elles une réelle liberté de penser à l’individu pour qu’il puisse faire son choix en son âme et conscience ?

On sait bien que les annonceurs utilisent les connaissances développées par la sociologie ou la psychologie pour accroître l’efficacité de leur message en veillant à ce que le consommateur le reçoive bien. Ainsi, en utilisant notre système de représentation et nos sensations, ils tentent de pénétrer notre psychisme pour y graver leur marque et influencer nos choix de consommation. Jusque là, c’est le jeu d’un monde consumériste, à chacun ses armes pour y faire sa place. Pour résister et rester libre de nos choix,  nous disposons de l’éducation et du développement de l’esprit critique. Malheureusement, l’industrie publicitaire est sacrément armée : nous ne recevons pas moins de 3 000 messages publicitaires par jour. Le matraquage affaiblit grandement notre capacité de résistance. Et c’est en cela que les Déboulonneurs ont une position intéressante quand ils souhaitent une réduction de l’espace publicitaire et notamment la diminution de la taille des panneaux d’affichage. Si nous ne sommes pas obligés de subir la publicité télévisuelle ou radiophonique car nous pouvons baisser le volume ou éteindre l’appareil, nous ne pouvons pas toutefois, sans danger pour soi-même et les autres, conduire, marcher… en fermant les yeux pour éviter la vue des panneaux publicitaires !

Cependant, les publicitaires n’en restent pas là et poussent leur démarche encore plus loin. Ne se contentant pas de nous assaillir de stéréotypes, de jouer sur nos pulsions ou encore de créer des besoins, ils tentent de contourner notre conscience par l’utilisation des neurosciences. Armés de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), de l’électro-encéphalographie (EEG) et de la magnétoencéphalographie (MEG), ils sondent les réactions neurologiques de notre cerveau pour dicter des comportements aux consommateurs, notamment en termes de mémorisation de la marque. Une expérience bien connue illustre ceci : un groupe de personnes, les yeux bandés, ont goûté du Coca-Cola et du Pepsi. Elles estiment que produit le plus goûteux est le Pepsi. Le même groupe de personnes, qui a, cette fois, connaissance de la marque bue, préfère le Coca-Cola.

Ainsi, la naissance du neuromarketing et du shockvertising (concept qui consiste à créer un choc émotionnel violent chez le consommateur pour augmenter sa capacité à mémoriser la marque) interroge grandement la capacité de l’individu à conserver son libre arbitre, à plus forte raison quand il s’agit d’un enfant. Il apparaît donc urgent de militer pour la règlementation de l’espace publicitaire et même si cela ne semble pas prioritaire, il ne faut pas se tromper car l’influence de la publicité est importante par sa valeur normative ou les stéréotypes qu’elle véhicule (l’image de la femme par exemple) et la mécanisation des comportements du consommateur. Elle joue un rôle primordial dans la construction d’un monde consumériste et les représentations que l’on s’en fait.

Nous ne pouvons donc que saluer et soutenir les mouvements anti-pub tels que les Déboulonneurs ou la R.A.P. et continuer de boycotter la publicité en nous inscrivant sur liste rouge ou liste Pacitel, en prenant le temps de mettre « Pas de publicité SVP » sur nos boîtes aux lettres et surtout en éteignant nos téléviseurs, nous rappelant les célèbres mots du PDG de TF1 : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible » !

Pour vous inciter à lire L’homme révolté de Camus, nous faisons certes preuve de fainéantise mais ces quelques mots seront plus parlant que n’importe quel article :

« Qu’est-ce qu’un homme révolté ? Un homme qui dit non. Mais s’il refuse, il ne renonce pas : c’est aussi un homme qui dit oui, dès son premier mouvement. Un esclave, qui a reçu des ordres toute sa vie, juge soudain inacceptable un nouveau commandement. Quel est le contenu de ce « non » ?

Il signifie, par exemple, « les choses ont trop duré », « jusque-là oui, au-delà non », « vous allez trop loin »,  et encore, « il y a une limite que vous ne dépasserez pas ». En somme, ce non affirme l’existence d’une frontière. On retrouve la même idée de limite dans ce sentiment du révolté que l’autre « exagère », qu’il étend son droit au-delà d’une frontière à partir de laquelle un autre droit lui fait face et le limite. Ainsi, le mouvement de révolte s’appuie, en même temps, sur le refus catégorique d’une intrusion jugée intolérable et sur la certitude confuse d’un bon droit,  plus exactement l’impression, chez le révolté, qu’il est « en droit de… ». La révolte ne va pas sans le sentiment d’avoir soi-même, en quelque façon, et quelque part, raison. C’est en cela que l’esclave révolté dit à la fois oui et non. Il affirme, en même temps que la frontière, tout ce qu’il soupçonne et veut préserver en deçà de la frontière. Il démontre, avec entêtement, qu’il y a en lui quelque chose qui « vaut la peine de… « , qui demande qu’on y prenne garde. D’une certaine manière, il oppose à l’ordre qui l’opprime une de droit à ne pas être opprimé au-delà de ce qu’il peut admettre. » A. Camus, L’homme révolté.

Peuple d’Europe révoltons-nous !

 

Avant que l’austérité ne saisisse notre porte monnaie, il est important de fêter notre dernier Noël (selon le calendrier Maya). Ainsi, nous vous suggérons quelques idées cadeaux pour offrir un joli découvert à votre banquier et de jolies offrandes à vos proches !

Offrez un abonnement à une presse de qualité :

– Pour ceux qui se sentent seuls quand ils chantent l’Internationale lors des dîners en famille : Fakir, le journal fâché avec tout le monde ou presque…

– Pour les intellos qui ont des bras de plus de 2,5 mètres : Le monde diplomatique.

– Pour ceux  qui veulent lire autre chose que des astuces anti-cellulite ou la recette du porc aux mandarines 0% de matières grasses : Causette, le magazine plus féminin du cerveau que du capiton…

– Pour ceux qui pensent que l’économie ne résume pas à leur plan épargne logement : Alternatives économiques.

– Pour les amoureux de la nature qui veulent tout savoir sur le lombric : La hulotte, le journal le plus lu dans les terriers.

Offrez des livres avec des images :

Banksy, Guerre et spray. « Ce livre, première traduction française de l’ouvrage anglais Banksy, Walls and Piece, rend compte de cette production artistique hors normes, mélange de subversion et d’ironie, qui interroge sur un mode décalé et percutant, notre réalité sociale et culturelle. »

Larcenet, Le combat ordinaire. « Lassé de couvrir les événements, Marco s’accorde une pause dans son métier de photographe. Trentenaire, il est en proie à de nombreuses angoisses.  Il se cherche dans la fumée des pétards, les promenades solitaires ou chez son psy. Mais le combat ordinaire c’est  aussi un chantier naval qui ferme et qui licencie à tours de bras, la guerre d’Algérie et la gangue de silence qui l’enveloppe, les difficultés sociales, la maladie d’Alzheimer, les relations père-fils, le deuil, ce que l’on appelle devenir adulte sans oublier l’amour et l’amitié. »

Depardon, La terre des paysans. « Cet ouvrage présente une rigoureuse sélection de clichés de Depardon sur le monde rural. De la ferme du Garet dans la vallée de la Saône, lieu de naissance de Depardon, aux hameaux isolés du Massif central et de la Franche-Comté en passant par le Chili, le célèbre fondateur de l’agence Gamma a fait du paysage agricole un de ses thèmes de prédilection. Une centaine d’images en couleurs ou en noir et blanc et parmi elles de nombreux portraits qui disent la misère, la solitude, la fatigue et les marques du temps. »

Offrez des documentaires :

Coline Sérreau, Solutions locales pour un désordre global. « Les films d’alertes et catastrophistes ont été tournés, ils ont eu leur utilité, mais maintenant il faut montrer qu’il existe des solutions, faire entendre les réflexions des paysans, des philosophes et économistes qui, tout en expliquant pourquoi notre modèle de société s’est embourbé dans la crise écologique, financière et politique que nous connaissons, inventent et expérimentent des alternatives.  »

Charles Ferguson, Inside job. « Retraçant la dérèglementation du système financier et ses aberrations à travers la cupidité et la corruption des dirigeants politiques, il met en lumière les dysfonctionnements prévisibles et prévus qui ont plongé le monde dans une crise bien loin de se résorber. »

–  Jennifer Abbott et Mark Achbar, The corporation. Ce documentaire tente la comparaison en l’entreprise en tant que personne morale et le psychopathe. Cette analogie surprenante nous montre à quel point la quête de l’enrichissement et du pouvoir mène sur les chemins de la déraison.

Et sinon, n’offrez rien, juste une magnifique réplique telle que « Noël n’est qu’une fête qui consacre la consommation, symbole de ce monde de merde qui va s’autodétruire » avec pour mise en scène un jeté de sapin dans la cheminée !

Comme nous l’écrivions dans le dernier article, la démocratie directe semble la seule capable de faire de nous des citoyens dotés d’un pouvoir de décision.

Ainsi, quelles pistes peut-on mettre en place pour que celles-ci ne demeurent pas sur l’étagère poussiéreuse des utopies ?

Tout d’abord, pourquoi choisir un représentant alors qu’il suffirait de le tirer au sort ? Effectivement, si une personne doit en représenter d’autres nul besoin de prendre en compte ce qu’il pense, ce qu’il a fait, ce qu’il promet de faire, qu’il soit blond, brun, roux où on ne sait quoi. Il a juste besoin d’être doté de la parole de manière à pouvoir retransmettre les décisions du peuple. Il s’agit là de désigner un porte-parole et quoi de plus démocratique que celui-ci soit issu d’un résultat aléatoire, d’autant plus que, dans une démocratie, chaque citoyen a le droit et donc la capacité d’exercer un mandat.

Ce système peut se substituer à toute forme d’élection, syndicales, municipales, législatives, etc. Il désengage l’individu de toutes responsabilités, le protège de toute attaque personnelle, évite les conflits d’intérêts, le carriérisme, la quête de pouvoir, etc. De plus, il revalorise les devoirs du citoyen. C’est plus ou moins ce qui se fait en Islande où 1000 citoyens ont été tirés au sort pour représenter pour former une nouvelle assemblée constituante. Ainsi, 525 ont choisi de se présenter et 25 ont été élus par la population.

Bien sûr, c’est bien beau d’avoir un porte-parole mais encore faut-il qu’il puisse en porter une. Comment le peuple peut-il donc décider de ce que l’heureux tiré au sort doit faire ?

Une solution existe déjà : le référendum d’initiative populaire.

« Ce mécanisme permet aux citoyens de proposer des lois qui sont ensuite votées par l’ensemble des électeurs. Différents mécanismes permettent aussi de s’opposer à une loi par pétition ou de proposer un amendement de la constitution. » (Source : Wiki) Ainsi, le pouvoir législatif serait directement remis au peuple. C’est ce qui se fait déjà et depuis longtemps dans certains états de Nouvelle-Angleterre. Par ailleurs, nous avons bien plus confiance en l’avis de 10 millions de personnes qu’en celui de quelques technocrates.

Certes, ce système peut être soumis à la critique (il ne s’agit pas là d’un dogme), notamment sur le coût de l’organisation des référendums (comme nous l’avancions dans le dernier post) mais également sur le fait que cet outil peut être influencé par les lobbyistes, qu’ils soient financiers, industriels ou politiques. Mais encore une fois, une solution existe : la cyberdémocratie ! (à voir dans le prochain post)

Comme nous l’avons déjà évoqué dans Baz’Art, notre système démocratique est en crise. Les décisions prises par les hommes politiques censés nous représenter sont en rupture totale avec le bon sens et le bien commun. On en vient à se demander si le politique représente une autre personne que lui-même.

A combien de référendums avez-vous participé ? Pour notre part, un seul, et comble du cynisme le Parlement n’a pas tenu compte de l’avis du peuple. Combien d’élus sont-ils venus vous demander votre avis ? Pour notre part, aucun !

Comme toujours, l’argument avancé pour éviter de faire participer le peuple aux décisions est le coût : le précédent référendum relatif à la ratification du Traité constitutionnel européen était proche des 130 millions d’euros (voir ici). Sans compter que, selon nous, l’argument officieux et essentiel est que les politiques n’ont pas envie de voir le peuple se mêler de leurs affaires obscures !

Tout ceci pour en venir au fait qu’il est urgent de panser et de penser nos démocraties en établissant la démocratie directe ou participative !

Ainsi, au-delà de la critique de notre système et des « il faut », tentons de réfléchir à la construction de solutions en élaborant des pistes concrètes.

Nous vous proposerons dans le prochain post quelques pistes, sachant que vos commentaires nous intéressent.

Ces dernières semaines, les annonces d’effondrement du système financier s’accélèrent. Jacques Attali annonçait que l’euro ne passera pas Noël, Paul Jorion affirmait sur les ondes de France Culture que l’appareil financier était cassé, sans compter les témoignages pessimistes de certains banquiers qui se multipliaient.

Toutes ces déclarations, bien affolantes dans un premier temps, sonnent joyeusement le glas de l’ultra-libéralisme, ce système qui conduit à l’accumulation de richesses par une poignée d’individus à travers la surexploitation des populations et des ressources naturelles.

Alors c’est bien beau de se réjouir de la fin du système financier, mais personne n’est prêt à devoir remplir sa brouette de billets pour pouvoir acheter une baguette de pain. Quelles solutions sont donc à notre portée pour réorienter un système financier qui remettra l’économie au service de l’individu ?

Depuis quelques années, on entend parler d’économie sociale et solidaire et l’on voit émerger des banques (voir ici) fonctionnant selon cette philosophie.

Ainsi, des établissements comme la NEF proposent un système bancaire alternatif où les bénéfices servent à investir dans l’écologie, le social ou la culture (respectivement, les investissements de la NEF représentent 60% pour l’environnement, 30% pour le social et 10% pour la culture). Par ailleurs, chaque client, adhérant à la NEF, devient sociétaire de la banque et donc décideur des politiques de celle-ci.

Il s’agit donc là d’un moyen concret pour agir sur la construction d’un autre monde en réorientant notre système économique vers un développement responsable et équitable pour le bien-être de l’homme. A noter que les procédures pour changer de banque ont été facilitées : procédure pour changer de banque ici et ici.

Pour ceux qui ont suivi les conseils de Cantona, vous pouvez sortir vos billets de sous le matelas !